Les déclarations de Rio Mavuba au CFC du 10/12

Rio Mavuba était présent sur le plateau du Canal Football Club. Le joueur de l’AC Sparta Prague a répondu à plusieurs sujets. Voici ses réponses ci-dessous.

 

Le Sparta Prague

« C’est une nouvelle aventure, un nouveau club, un nouveau challenge, on est parti en famille. On découvre une nouvelle culture, c’est intéressant […] Au départ, avec Lille – c’est vrai que j’étais un peu entêté aussi – je me suis peut-être dit ‘on va jouer au con aussi’. Mais Prague est venu, ça a été le premier club qui s’est vraiment manifesté. Je n’avais pas envie de rester dans le ‘Loft’ six mois, j’avais envie de jouer. Ils m’ont expliqué qu’ils ne voulaient pas un prêt, ils m’offraient un contrat de trois ans, je n’ai pas dit non […] J’ai mon fils qui joue aussi au Sparta, du coup du squatte le centre d’entrainement toute la journée (rires) […] Si j’ai gardé la même image là-bas qu’en France ? Je n’ai pas changé, je suis naturel, je suis plutôt un garçon positif et de bonne humeur, donc j’essaye de toujours transmettre ça ».

 

Au Sparta, il s’agit de sa seconde expérience à l’étranger. 

« J’arrive déjà avec plus d’expérience qu’à Villarreal. J’aborde donc ça différemment. Il faut savoir s’intégrer, bien sûr, se faire accueillir par ses nouveaux partenaires. Ce sont des choses que je n’avais pas forcément perçues il y a dix ans. Aujourd’hui j’ai plus de bouteille. Et puis il faut surtout faire le taf sur le terrain […] La priorité reste le terrain. A Villarreal, le niveau était différent de celui de Prague. Mais c’est de tout, l’expérience aide énormément. Il faut vraiment beaucoup discuter avec le coach, qu’il te veuille, c’était l’erreur que j’avais faite à Villarreal où j’avais été recruté par le directeur sportif et les dirigeants ».

 

bandicam 2017-12-10 19-12-29-354

 

Son départ du LOSC

« Rester, c’est ce qui était prévu à l’époque avec le Président Seydoux. J’avais signé un contrat de joueur de quatre ans, et un contrat de trois ans de reconversion. Après, il y a eu un changement de Président, l’arrivée de Marcelo Bielsa qui a souhaité ne pas s’appuyer sur une douzaine de joueurs de l’effectif présent. Comme vous le savez, on s’est retrouvé dans un ‘Loft’ […] C’est comme ça, même si j’aurais aimé que ça se termine différemment. Aujourd’hui, je ne retiens que l’aventure que je vis, et je ne retiens de Lille que le positif. Ça ne sert à rien de rester sur cette histoire. Le contrat de reconversion tient toujours, oui ».

 

Sur la situation des Girondins de Bordeaux, son club formateur

« Je suis très surpris de voir où ils sont aujourd’hui parce qu’ils avaient bien débuté le championnat. Mais après, même quand ils étaient très, très bien, dans le contenu ce n’était pas non plus extraordinaire. Je me souviens de ce match à Lille, où ils sont à onze contre dix, ils doivent maîtriser et gagner ce match… Au final ils font 0-0. Quand on a des occasions comme ça qu’on laisse filer, quand on a d’autres matches qu’on doit maîtriser et qu’on ne gagne pas… ».

 

bandicam 2017-12-10 19-19-01-941

 

Sur le prochain concert en faveur des « Orphelins de Makala« 

« Ce sera le 30 avril au Zénith de Lille. La billetterie ouvre demain matin à 9 heures ».

 

Sur l’actuelle trêve du 3 décembre au 3 janvier en République Tchèque

« Je crois que depuis la Maternelle, je n’ai jamais eu un mois de vacances au mois de décembre (rires). On va profiter en famille ».

Rio Mavuba : « C’était dur de rester en France et de jouer ailleurs qu’à Lille »

Canal+ a consacré un reportage sur Rio Mavuba. L’occasion pour le principal intéressé de revenir sur son choix de rejoindre Prague. « C’est sympa comme ville. Je suis là, toujours vivant, ne vous inquiétez pas (sourire). Je sais que ça a surpris mais j’ai tout simplement choisi Prague parce que c’était un club qui m’offrait l’opportunité de jouer la Coupe d’Europe. Malheureusement, on s’est fait éliminer lors des tours préliminaires de l’Europa League. Mais surtout, c’est un club qui est fait pour jouer le titre. Pour moi, c’était dur de rester en France et de jouer ailleurs qu’à Lille […] Si tout se passe bien, je pense que ça sera mon dernier contrat ».

 

bandicam 2017-10-27 20-10-44-133

 

L’ancien joueur des Girondins est également forcément revenu sur son départ du LOSC et de ce fameux ‘loft’. Il confirme cependant qu’il devrait bien revenir dans le Nord à la fin de sa carrière. « Je pense que comme ça me l’a été indiqué, il y avait un nouveau projet et ils ne comptaient pas sur moi. On a bien vu que c’est un projet avec de jeunes joueurs avec un fort potentiel et on va dire que je ne suis plus tout jeune. Evidemment que j’aurais aimé qu’on me traite autrement, ça serait mentir si je disais non. J’aurais aimé que ça se passe différemment. Maintenant, je vois que beaucoup de clubs procèdent comme ça, dès qu’ils ne comptent plus trop sur un joueur, il est mis à part. Je trouve ça dommage. Heureusement qu’on était nombreux dans ce loft. On se disait qu’on pouvait faire un bon championnat avec l’équipe du loft (sourire). Je n’en veux pas à Marcelo Bielsa, j’ai toujours respecté les choix de mes entraîneurs. Après c’est sûr que si j’avais été là, j’aurais aimé montrer de quoi j’étais capable mais j’ai respecté, c’est un choix. Ils ont voulu partir sur une autre direction. C’est lui qui a fait ses choix, c’est lui le premier responsable. Je pense qu’il assume. En tout cas, il ne se cache pas derrière ça, on ne peut pas lui reprocher ça […] C’est vrai que c’était un accord que j’avais eu avec Michel Seydoux et qui a été conservé par la nouvelle direction. Peut-être un jour devenir entraîneur des jeunes. Le terrain, c’est là où je me sens le mieux ».

 

Rio dans France Football ce mercredi (Extraits)

Rio et Florent Balmont ont été interrogés par France Football. Ils seront donc présents dans l’édition papier qui sortira ce mercredi 24 février 2016. Nous vous proposons quelques extraits de cette interview commune, et vous pourrez donc découvrir l’intégralité demain en achetant l’original, en kiosques.

 

Sur les préjugés de l’âge…

« Il existe parfois le sentiment que, franchie la barrière des trente ans, la crainte d’être trop vieux surgit. Pourtant, quand on regarde les résultats physiques, nous sommes pareils que les plus jeunes, et même parfois meilleurs. Nous ne nous sentons pas vieux »

 

 

 La fidélité au LOSC

« Comme Florent, je suis fidèle au LOSC, où je me sens bien. J’aime défendre ses couleurs. J’ai toujours adhéré au projet, peu importe son évolution »

 

 

La finale de la Coupe de la Ligue face à Paris…

« Paris a le potentiel pour faire le triplé sur le territoire chaque année. C’est une machine de guerre. Ils sont costauds, impressionnants. C’est du lourd, y compris leur équipe dite bis. Mais sur une finale, sait-on jamais ! »

 

 

Florent Balmont sur Rio…

« Rio a déjà été capitaine à Bordeaux. Ça lui correspond. Certains sont faits pour le brassard, il appartient à cette catégorie »

 

 

Sur les Orphelins de Makala

« Je sais qu’on m’a reproché de me disperser avec l’association. S’il y a bien un truc qui me tient à coeur, c’est les Orphelins de Makala. Des gens du club s’en sont servis pour appuyer sur le fait que je ne sois pas concentré sur le foot sous prétexte que j’organisais un concert annuel, en plus un lundi (le prochain show à but caritatif sera un spectacle de trois heures au Zénith de Lille le 4 avril). Mais passer un coup de fil à un pote musicien ne m’a rien fait rater. Ça m’aère et ça fait du bien à tout le monde car l’événement fédère, il est rassembleur et en aucun cas il ne met ma carrière en danger »

 

 

L’après carrière

« Devenir entraîneur? Oui, c’est possible, franchement. Je suis en pleine réflexion. C’est dans un coin de ma tête »

Rio : « J’ai fait le choix du cœur »

 Pour son site officiel, Rio a répondu à quelques questions. Une interview exclusive.

 

Rio, tu as une bonne nouvelle à nous annoncer ?

Oui, c’est avec une grand satisfaction et de la fierté que je vous annonce aujourd’hui ma prolongation pour une durée de quatre saisons au LOSC. Cela me paraissait logique de poursuivre l’aventure afin de réaliser les objectifs du club dès la saison prochaine. Le LOSC ne demande qu’à grandir. J’ai eu bien évidemment plusieurs propositions étant libre de tout contrat, mais j’ai fait le choix du cœur.

 

Qu’est ce qui a fait la différence ?

J’ai toujours dit que je ne fermerai jamais la porte au LOSC. En coulisses, nous nous sommes réunis tranquillement et tout est allé très vite, grâce également au Président Michel Seydoux qui a œuvré pour que je reste. C’est surtout la continuité qui a primé le fait que ma famille et moi nous sentions bien ici, le fait que je me sente bien dans ce club qui m’a apporté le plus au niveau de mon palmarès, et qui m’apporte une stabilité personnelle.

 

Rene GIRARD / Rio MAVUBA

 

Il y a aussi l’arrivée d’Hervé Renard…

Tout à fait. J’ai d’ailleurs une pensée aujourd’hui pour René Girard qui ne sera plus notre entraineur la saison prochaine. C’est un entraineur que j’apprécie tout particulièrement pour ses qualités d’homme et de technicien. Il a toujours eu confiance en moi et n’a jamais lâché malgré les critiques. Aujourd’hui, c’est Hervé Renard, vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations avec la Côte d’Ivoire, ce n’est pas rien… Il voulait, comme les dirigeants, que je reste pour les saisons à venir, donc tout était réuni pour moi.

 

Tu as eu 31 ans en mars dernier et avec ces quatre ans, on te voit bien finir ta carrière à Lille…

Oui mais je n’ai ‘que’ 31 ans (rires). Je me sens encore jeune, et je compte bien jouer tant que mon corps répondra présent, et je me sens en pleine forme, même si les vacances vont faire du bien. A vrai dire, je pense que c’est le meilleur âge pour mon poste, et je compte bien tout faire pour participer à cet Euro qui s’annonce dans quelques mois… Je vais continuer d’épauler également les plus jeunes, et ceux du centre qui viendront avec nous, afin qu’ils progressent au mieux. Je ne changerai pas, c’est ma nature, et mon rôle de capitaine…

 

On termine par un petit mot pour les supporters ?

Oui, je voulais vraiment les remercier pour cette saison passée avec eux, parce qu’elle n’a pas été toute rose. Il était difficile pour nous de jouer sur plusieurs tableaux et nous avons un peu pris de retard en championnat, ce qui nous a empêchés de jouer l’Europe la saison prochaine. Mais ce sera un mal pour un bien, vous verrez, car nous serons plus frais et nous comptons bien nous rattraper la saison prochaine. Merci à vous pour votre soutien, continuez de nous soutenir dans les bons et les mauvais moments. Je vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour une nouvelle aventure et vous transmets mon amitié.

 

 

Rio Mavuba : « J’aime le LOSC » par LOSCTV

Rio : « Le LOSC, une belle histoire d’amour »

 

En début de semaine, Rio a été interrogé par Football365 dans le showroom d’Adidas. Il est tout d’abord revenu sur cette dernière victoire face à Montpellier à l’extérieur. « Ça fait du bien de retrouver le goût de la victoire. On vit une saison plutôt compliquée donc gagner à l’extérieur pour la première fois depuis la deuxième journée je crois, c’est toujours bien. Ça montre surtout qu’après l’élimination face au PSG, nous n’avons pas lâché et nous avons su réagir tout de suite ». Les quelques derniers mauvais résultats sont explicables. « Depuis que je suis à Lille, c’est la première fois que je vois autant de monde à l’infirmerie. En plus, nous avions un calendrier lourd. Pas mal de choses font que nous en sommes là ».

 

Capitaine du LOSC, Rio ne néglige pas son rôle au sein du vestiaire. « C’était un élément important de ma causerie de capitaine avant le match à Montpellier […] Mon rôle est important et il fallait que j’intervienne là-dessus. Après, on a aussi la vie d’un club. Il faut respecter l’institution qu’est le LOSC. On a beaucoup d’employés, de salariés, de supporters… C’est la moindre des choses que de bien terminer ». Car s’il n’a jamais caché que Bordeaux est son club de cœur, il sait pertinemment que Lille est le club avec qui il a gagné ses trophées majeurs en France, et a pour celui-ci un attachement particulier. « C’est une belle histoire d’amour. Bon, on dit que les histoires d’amour finissent mal en général mais là, je ne sais pas ce que ça va donner. Il n’y a pas de raison que ça finisse mal. J’ai beaucoup de respect pour le club qui m’a beaucoup apporté. Moi, j’ai toujours tout donné pour ce club […] le LOSC aura marqué ma carrière […] mon fils est né dans le Nord, j’y ai noué pas mal d’amitiés, j’ai été très bien accueilli, ma famille aussi. C’est une très belle région. Le climat est plus compliqué (rires). Mais c’est une très belle région où je prends énormément de plaisir à travailler et à rencontrer les gens ». 

 

En fin de contrat à l’issue de cette saison, Rio, bien que pleinement concerné sur le fait de terminer convenablement la saison 2014-2015, ne cache pas ses envies de retrouver l’étranger après la parenthèse Villarreal. S’il ne nie pas sans confirmer pour l’AS Roma, il sera difficile pour lui d’évoluer dans un autre club français. « Après Bordeaux et Lille, ça serait compliqué de jouer pour un autre club. Mais on dit aussi ‘jamais deux sans trois' ». Ce choix sera crucial pour la suite de sa carrière et l’Euro qui arrive. « Didier Deschamps a l’avantage de connaître certains joueurs, dont moi qui ont fait cette compétition. A moi d’être performant avec le LOSC, même si on n’a pas encore été très réguliers, et après on verra ».

 

 

Makala 4

 

 

Rio terminera pas un évènement qui lui/vous tient à cœur, « Une nuit à Makala », pour son association les Orphelins de Makala. Il vous donne rendez-vous au Zénith de Lille le 13 avril prochain (réservez vos places ICI), vous promettant une fois encore une belle fête au profit d’une belle cause. Il en profite pour remercier son équipementier, toujours présent à ses côtés depuis le début, Adidas. « Les joueurs ont valeur d’exemple pour les jeunes qui s’identifient pas mal à nous. On véhicule une image. Celle d’Adidas me correspond. Ça fait dix ans que je suis sous contrat avec eux, j’en suis fier. Ils représentent l’amour du sport et la performance. Ça me ressemble aussi. Mon équipementier est venu me proposer un coup de main dans mon association. Leur geste témoigne des valeurs qu’on partage ».

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview ICI

Rio Adidas2