Les déclarations de Rio Mavuba au CFC du 10/12

Rio Mavuba était présent sur le plateau du Canal Football Club. Le joueur de l’AC Sparta Prague a répondu à plusieurs sujets. Voici ses réponses ci-dessous.

 

Le Sparta Prague

« C’est une nouvelle aventure, un nouveau club, un nouveau challenge, on est parti en famille. On découvre une nouvelle culture, c’est intéressant […] Au départ, avec Lille – c’est vrai que j’étais un peu entêté aussi – je me suis peut-être dit ‘on va jouer au con aussi’. Mais Prague est venu, ça a été le premier club qui s’est vraiment manifesté. Je n’avais pas envie de rester dans le ‘Loft’ six mois, j’avais envie de jouer. Ils m’ont expliqué qu’ils ne voulaient pas un prêt, ils m’offraient un contrat de trois ans, je n’ai pas dit non […] J’ai mon fils qui joue aussi au Sparta, du coup du squatte le centre d’entrainement toute la journée (rires) […] Si j’ai gardé la même image là-bas qu’en France ? Je n’ai pas changé, je suis naturel, je suis plutôt un garçon positif et de bonne humeur, donc j’essaye de toujours transmettre ça ».

 

Au Sparta, il s’agit de sa seconde expérience à l’étranger. 

« J’arrive déjà avec plus d’expérience qu’à Villarreal. J’aborde donc ça différemment. Il faut savoir s’intégrer, bien sûr, se faire accueillir par ses nouveaux partenaires. Ce sont des choses que je n’avais pas forcément perçues il y a dix ans. Aujourd’hui j’ai plus de bouteille. Et puis il faut surtout faire le taf sur le terrain […] La priorité reste le terrain. A Villarreal, le niveau était différent de celui de Prague. Mais c’est de tout, l’expérience aide énormément. Il faut vraiment beaucoup discuter avec le coach, qu’il te veuille, c’était l’erreur que j’avais faite à Villarreal où j’avais été recruté par le directeur sportif et les dirigeants ».

 

bandicam 2017-12-10 19-12-29-354

 

Son départ du LOSC

« Rester, c’est ce qui était prévu à l’époque avec le Président Seydoux. J’avais signé un contrat de joueur de quatre ans, et un contrat de trois ans de reconversion. Après, il y a eu un changement de Président, l’arrivée de Marcelo Bielsa qui a souhaité ne pas s’appuyer sur une douzaine de joueurs de l’effectif présent. Comme vous le savez, on s’est retrouvé dans un ‘Loft’ […] C’est comme ça, même si j’aurais aimé que ça se termine différemment. Aujourd’hui, je ne retiens que l’aventure que je vis, et je ne retiens de Lille que le positif. Ça ne sert à rien de rester sur cette histoire. Le contrat de reconversion tient toujours, oui ».

 

Sur la situation des Girondins de Bordeaux, son club formateur

« Je suis très surpris de voir où ils sont aujourd’hui parce qu’ils avaient bien débuté le championnat. Mais après, même quand ils étaient très, très bien, dans le contenu ce n’était pas non plus extraordinaire. Je me souviens de ce match à Lille, où ils sont à onze contre dix, ils doivent maîtriser et gagner ce match… Au final ils font 0-0. Quand on a des occasions comme ça qu’on laisse filer, quand on a d’autres matches qu’on doit maîtriser et qu’on ne gagne pas… ».

 

bandicam 2017-12-10 19-19-01-941

 

Sur le prochain concert en faveur des « Orphelins de Makala« 

« Ce sera le 30 avril au Zénith de Lille. La billetterie ouvre demain matin à 9 heures ».

 

Sur l’actuelle trêve du 3 décembre au 3 janvier en République Tchèque

« Je crois que depuis la Maternelle, je n’ai jamais eu un mois de vacances au mois de décembre (rires). On va profiter en famille ».

[Vidéos] Rio de passage dans « Le Vestiaire »

Rio Mavuba était de passage hier dans « Le Vestiaire », émission sur SFR Sports. Le capitaine du LOSC s’est exprimé sur plusieurs sujets comme ses débuts à Bordeaux, les bons moments au LOSC, couronnés de titres, sa relation avec Mathieu Valbuena, mais également sa situation personnelle avec Frédéric Antonetti. Voici en premier lieu l’extrait sur ce dernier thème, ainsi que toutes autres vidéos de ses interventions ci-dessous.

 

« Je vais parler pour moi en tout cas. Quand il est arrivé à Lille, qu’il secoue les habitudes, je trouve que c’est une bonne chose, parce que parfois on peut se sentir installé et notamment pour moi, qui suis depuis longtemps dans le vestiaire. Après, par moments, ça a été compliqué. Parfois c’était vexant, un peu humiliant. Les choses qu’il faisait, vis-à-vis de moi… Par exemple, on est là dans le vestiaire, il va dire ‘untel c’est sérieux, lui c’est sérieux, lui aussi’. Même des gens qui étaient moins sérieux parce que je connais bien les mecs… Mais sans citer mon nom, alors que j’étais capitaine. Ça te fait perdre de la légitimité… Après, je n’ai jamais rien dit, je ne me suis jamais plains, j’ai toujours écouté et fait ce qu’il m’a dit. Il m’a fait changer de poste, en me faisant jouer 8. A 32 ans tu te dis que tu as plus tendance à reculer qu’à monter sur le terrain… Je lui ai toujours dit que mon poste, c’était 6, et que 8 je le faisais parce qu’il fallait dépanner l’équipe. Il avait sa vision des choses. Mais j’ai toujours respecté ses choix. On peut retourner un vestiaire rapidement… On n’a jamais fait ça, on s’est toujours battus jusqu’au bout. Pourtant, j’ai aimé ses séances tactiques, j’étais vraiment à l’écoute. Mais voilà, ça s’est passé comme ça. A la fin on a vu le départ de Florent Balmont qui était un historique au club. Dans le management c’était plus compliqué. Ça a été un passage que j’ai apprécié sur le terrain au niveau de son approche, mais humainement ça a été plus compliqué ».

 

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812420196761739265

 

Les autres vidéos :

 

 

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812411016042553345

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812413281935749124

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812415118751498240

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812420925459202048

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812422906227499008

https://twitter.com/SFR_Sport/status/812428660359757824

 

[J3] Match nul face à Bordeaux

Tout le monde sait que pour Rio, ces rencontres face à Bordeaux sont toujours particulières. Recevant l’équipe au scapulaire pour la troisième journée de Ligue 1 2015-2016, les Dogues n’ont pas pu faire mieux que le match nul (0-0) et ce malgré des barres et des arrêts à tout va…

 

Voici la réaction de Rio au terme de la rencontre :

 

« Nous avons réalisé une bonne partie même s’il est vrai qu’on a un peu plus pressé en seconde mi-temps, tout comme face à Monaco le week-end dernier. Mais il nous manque toujours ce but. Il faut que l’on parvienne à marquer dans nos temps forts parce qu’après nous ne sommes pas à l’abri d’un but encaissé sur un contre. Dans l’ensemble, il faut continuer à travailler devant le but. L’important est de se créer des occasions, on y parvient de plus en plus et puis finir par les concrétiser. Il ne faut pas perdre confiance. J’espère que l’on y arrivera dès samedi prochain face au Gazélec » Losc.fr

 

Les statistiques de Rio :

90 minutes de jeu

44 ballons joués

9 ballons gagnés

9 ballons perdus

83% de passes réussies

2 coups francs tirés

0 faute commise

 

11931691_10206947784550188_1246014176_n

Jamais deux sans trois

Le LOSC a remporté une victoire importante dans la fameuse course à l’Europe de fin de saison et se donne ainsi les moyens d’y figurer. Il s’agit d’une troisième victoire consécutive pour les Dogues, qui les ramène à quatre points des Girondins de Bordeaux, sixièmes (2-0).

Voici les statistiques du capitaine lillois qui est sorti à la 63ème minute, étant quelque peu ‘handicapé’ d’un carton jaune écopé à la 37ème minute.

 

Ballons joués : 33

Ballons gagnés : 13

Ballons perdus : 15

Passes réussies : 70%

Coups-francs : 3

Faute subie : 1

Fautes commises : 4

Carton jaune : 1

 

 

L’on termine par la communion entre le public et ses joueurs.

 

Joie Lille

Et si l’avenir de Rio était au LOSC ?

 

 

C’est une possibilité. Envoyé à l’étranger où Rio ne serait pas contre une nouvelle aventure en dehors de la France, le capitaine du LOSC n’a cela dit pas fermé la porte au club lillois. D’ailleurs, il ne l’a jamais fermée. « Mes agents discutent avec des clubs. Après, avec Lille, ce n’est pas fermé. Il se peut qu’on discute. Dans un premier temps, la priorité, c’est de tenter un nouveau challenge. Mais comme je l’ai dit, ça fait sept ans que je suis ici, et je ne ferme pas la porte à Lille. Il y aura peut-être une prolongation… Rien n’est arrêté aujourd’hui. Mes agents travaillent à l’étranger, je n’ai pas un championnat précis en tête, ça dépendra des propositions » a déclaré le principal intéressé à La Voix du Nord, ajoutant cela dit « Il n’y a pas eu de proposition officielle de la part du LOSC, mais on sait que le contact est là. C’est plutôt positif. Pour moi, c’est une marque de reconnaissance ».

 

Quoi qu’il en soit, l’aventure lilloise a et aura marqué sa vie d’homme et de sportif. Si un retour aux Girondins de Bordeaux est souvent évoqué – à chaque mercato et d’autant plus celui-ci sachant qu’il arrive en fin de contrat – le numéro 24 des Dogues nie tout contact. « Autre part en France, je ne vois pas non. Après on ne sait jamais… On me parle forcément souvent de Bordeaux mais il n’y a rien avec Bordeaux. Ce sera sûrement l’étranger ou Lille ». Réponse dans les prochaines semaines. En attendant, il y a une saison finir, et bien finir.

 

 

Rio : « Le LOSC, une belle histoire d’amour »

 

En début de semaine, Rio a été interrogé par Football365 dans le showroom d’Adidas. Il est tout d’abord revenu sur cette dernière victoire face à Montpellier à l’extérieur. « Ça fait du bien de retrouver le goût de la victoire. On vit une saison plutôt compliquée donc gagner à l’extérieur pour la première fois depuis la deuxième journée je crois, c’est toujours bien. Ça montre surtout qu’après l’élimination face au PSG, nous n’avons pas lâché et nous avons su réagir tout de suite ». Les quelques derniers mauvais résultats sont explicables. « Depuis que je suis à Lille, c’est la première fois que je vois autant de monde à l’infirmerie. En plus, nous avions un calendrier lourd. Pas mal de choses font que nous en sommes là ».

 

Capitaine du LOSC, Rio ne néglige pas son rôle au sein du vestiaire. « C’était un élément important de ma causerie de capitaine avant le match à Montpellier […] Mon rôle est important et il fallait que j’intervienne là-dessus. Après, on a aussi la vie d’un club. Il faut respecter l’institution qu’est le LOSC. On a beaucoup d’employés, de salariés, de supporters… C’est la moindre des choses que de bien terminer ». Car s’il n’a jamais caché que Bordeaux est son club de cœur, il sait pertinemment que Lille est le club avec qui il a gagné ses trophées majeurs en France, et a pour celui-ci un attachement particulier. « C’est une belle histoire d’amour. Bon, on dit que les histoires d’amour finissent mal en général mais là, je ne sais pas ce que ça va donner. Il n’y a pas de raison que ça finisse mal. J’ai beaucoup de respect pour le club qui m’a beaucoup apporté. Moi, j’ai toujours tout donné pour ce club […] le LOSC aura marqué ma carrière […] mon fils est né dans le Nord, j’y ai noué pas mal d’amitiés, j’ai été très bien accueilli, ma famille aussi. C’est une très belle région. Le climat est plus compliqué (rires). Mais c’est une très belle région où je prends énormément de plaisir à travailler et à rencontrer les gens ». 

 

En fin de contrat à l’issue de cette saison, Rio, bien que pleinement concerné sur le fait de terminer convenablement la saison 2014-2015, ne cache pas ses envies de retrouver l’étranger après la parenthèse Villarreal. S’il ne nie pas sans confirmer pour l’AS Roma, il sera difficile pour lui d’évoluer dans un autre club français. « Après Bordeaux et Lille, ça serait compliqué de jouer pour un autre club. Mais on dit aussi ‘jamais deux sans trois' ». Ce choix sera crucial pour la suite de sa carrière et l’Euro qui arrive. « Didier Deschamps a l’avantage de connaître certains joueurs, dont moi qui ont fait cette compétition. A moi d’être performant avec le LOSC, même si on n’a pas encore été très réguliers, et après on verra ».

 

 

Makala 4

 

 

Rio terminera pas un évènement qui lui/vous tient à cœur, « Une nuit à Makala », pour son association les Orphelins de Makala. Il vous donne rendez-vous au Zénith de Lille le 13 avril prochain (réservez vos places ICI), vous promettant une fois encore une belle fête au profit d’une belle cause. Il en profite pour remercier son équipementier, toujours présent à ses côtés depuis le début, Adidas. « Les joueurs ont valeur d’exemple pour les jeunes qui s’identifient pas mal à nous. On véhicule une image. Celle d’Adidas me correspond. Ça fait dix ans que je suis sous contrat avec eux, j’en suis fier. Ils représentent l’amour du sport et la performance. Ça me ressemble aussi. Mon équipementier est venu me proposer un coup de main dans mon association. Leur geste témoigne des valeurs qu’on partage ».

 

Retrouvez l’intégralité de l’interview ICI

Rio Adidas2