Rio de passage sur beIN Sports

Rio Mavuba était de passage sur beIN Sports ce samedi, dans l’émission « La Causerie ». Voici ses principales déclarations.

 

Le rôle de capitaine

« Oui, je pense que c’est inné, c’est plus par rapport au comportement, je ne parlais pas trop étant jeune. Mais avec l’âge tu prends confiance et de la maturité. Depuis que j’ai 8-9 ans, je suis capitaine de mes équipes. Je prends du plaisir à guider le groupe, il faut quand même gérer avec ceux qui ne jouent pas. C’est important, on n’est pas au niveau du coach parce que ça doit être plus compliqué, mais c’est un rôle important ».

 

L’équipe de France

Ses débuts. « Ça a été très vite pour moi. J’ai commencé en janvier 2004 avec les Girondins, et au mois d’avril-mai le tournoi de Toulon, et au mois d’août je suis pris en équipe de France. Ça a été très, très vite ».

 

La suite en équipe de France. « A la fin à Bordeaux, ça ne se passait pas forcément que je le souhaitais, j’avais envie de partir. Je devais avoir un transfert dans un autre club, ça ne s’est pas fait, alors du coup je suis parti à Villarreal, et on connait la suite. Je suis rentré en France, ça se passait très bien avec le LOSC. Est arrivée une période où Laurent Blanc était sélectionneur, j’ai eu un gros trou, je n’ai pas été pris. Et quand ça a pu bien s’enchainer avec Didier Deschamps à son retour, je me suis blessé malheureusement alors que là j’étais très bien revenu. Ça laisse un peu de regrets mais heureusement qu’il y a eu la Coupe du Monde, quand même ! (sourire) ».

 

rio-mavuba-2

 

Le passage à Villarreal

« J’aurais aimé que ça se passe mieux. Mais humainement ça m’a apporté, je pense, ça m’a fait évoluer. J’aurais aimé avoir une belle aventure à l’étranger, notamment à Villarreal qui est un très beau club. Mais ça ne s’est pas très bien passé et à 23 ans j’avais envie de jouer. J’ai donc décidé de rentrer pour, à la base, six mois à Lille (rires) ».

 

Les Orphelins de Makala

« On a monté ça en 2009 et cela fait plusieurs années que cela continue. On accueille des enfants et on essaye de leur donner une vie normale. Grâce au soutien de tout le monde, ceux qui sont là depuis le début aussi, ça tourne, et cette année encore on va essayer de refaire le concert au Zénith de Lille au profit des enfants. Généralement je m’y déplace au mois de juin pendant les grandes vacances ».

 

rio-mavuba

 

La situation actuelle de Lille

« Déjà, j’espère qu’on va vite se sortir de là où on est parce que ça ne correspond pas à la valeur de notre effectif. J’espère qu’on va vite rebasculer dans la première partie de tableau […] Avant Nancy, le Président et venu et c’est vrai que je ne l’avais que rarement vu parler comme ça avant un match. Il a parlé dans la semaine, avant le match… Il connait la situation et il fallait qu’on réagisse. Ça a porté ses fruits. Son discours était de retrouver des valeurs, donner encore plus sur le terrain, donner de l’amour à tous nos supporters qui sont là derrière nous. Il y a beaucoup de choses qui ont fait qu’on a loupé ce début de saison, si on est là aujourd’hui c’est que forcément il y a eu des soucis. L’élimination en Ligue Europa, elle a laissé des traces. On a commencé la saison à l’envers, le niveau de confiance a baissé, il y a eu des décisions arbitrales aussi sans se cacher derrière ça… Ça a été un début de saison compliqué […] Oui, c’était aussi un souci mental, je ne sais pas si on ne s’est pas reposé sur la deuxième partie de saison dernière qui a été très bonne. Mais aujourd’hui, depuis 4-5 matches, tout le monde bosse et est sérieux. On n’est pas forcément récompensés comme on le souhaiterait mais il faut continuer dans ce sens-là ».

 

Entraineur un jour ?

« C’est important de prendre le meilleur de tous les entraineurs que j’ai connu. Entraineur ? Oui, ça peut me plaire. J’y pense, j’y regarde, mais aujourd’hui je suis encore trop jeune (rires) ».

 

Les vidéos à retrouver ICI et ICI.

[J8] Trois points qui font du bien

Lille s’est donné un peu d’air en l’emportant à domicile face à Nancy pour le compte de la huitième journée de Ligue 1 2016-2017. Un but d’Eder sur pénalty à la 75ème minute.

 

Les statistiques de Rio

70 ballons joués

58 passes réussies (89.2%)

1 occasion créée

6 passes réussies dans le troisième tiers

32.3% de passes vers l’avant

5 ballons gagnés

8 ballons perdus

1 duel gagné

1 interception

1 tacle réussi  (100%)

 

 

 

[J6-7] Les statistiques de Rio

Les deux dernières journées, les 6ème et 7ème, se sont soldées par des défaites pour les Dogues qui sont malheureusement lanterne rouge de Ligue 1. Mais sur cette dernière rencontre face à Saint-Étienne, les joueurs du LOSC ont affiché de nouvelles valeurs, de quoi positiver. Retour sur les statistiques du capitaine lillois sur ces deux dernières rencontres.

 

Lille/Toulouse (6ème journée) : 1-2

 

Les statistiques

Minutes jouées : 81

Passes réussies : 65 (meilleur du match)

Pourcentage de passes réussies : 95.6% (meilleur du match)

Occasion créée : 1

Passes réussies dans le troisième tiers : 8

Passes vers l’avant : 29.4%

Ballons joués : 78

Ballons gagnés : 4

Ballons perdus : 4

Duels gagnés : 6 (75%)

Interceptions : 3

Tacles réussis : 2 (100%)

Fautes subies : 3

Faute commise : 1

 

La réaction de Rio

« On est dans le dur. Je pense que ce soir dans l’envie, on a vu un LOSC qui a répondu présent mais encore une fois, on a deux pertes de balles qui nous font mal. On a pris beaucoup de buts sur des problèmes techniques et on se fait transpercer comme ça. On revient bien en égalisant, mais il aurait fallu être plus patient. On a essayé de mettre le deuxième but et Toulouse a eu trois occasions et a marqué deux buts. De notre côté, on sent qu’il y encore un peu de fébrilité dans les têtes. On essaie de chercher du positif. Il y a un manque de points et de qualités dans le jeu même si ce soir, c’était mieux dans le contenu bien que ce ne soit toujours pas assez. Si on veut se sortir de là, il va falloir rester unis, qu’on se remette en question individuellement. Malgré les efforts, ça ne paye pas. On doit renverser la situation, car on a un déficit de points assez criant. Il va falloir compter les uns sur les autres. Il va être important que nous nous disions les choses. Même si je pense honnêtement que personne ne triche ou ne cherche à tirer le groupe vers le bas. Il faut juste qu’on s’améliore tous et surtout notre niveau de concentration car on a beaucoup d’absences et de pertes de balles que l’on paye cash ».

 

FOOTBALL : Lille vs Toulouse - Ligue 1 - 20/09/2016

 

 

Saint-Étienne/Lille (7ème journée) : 3-1

 

Les statistiques

Minutes jouées : 90

Tir : 1

Passes réussies : 27

Pourcentage de passes réussies : 77.1%

Passes réussies dans le troisième tiers : 4

Passes vers l’avant : 42.9%

Centre : 1

Ballons joués : 43

Ballons gagnés : 6

Ballons perdus : 11

Dribbles réussis : 1

Duels gagnés : 2 (66.7%)

Interception : 1

Faute subie : 1

Faute commise : 0

 

 Photos et Propos LOSC, Stats Opta

[J5] Première titularisation pour Rio

Rio Mavuba retrouvait un poste de titulaire au milieu de terrain face à Lorient, dans un rôle de capitaine, lors de cette cinquième journée de Ligue 1. Nous vous proposons ses statistiques sur cette rencontre qui s’est malheureusement soldée par une défaite du LOSC.

 

Minutes jouées : 90

Passes réussies : 65

Pourcentage de passes réussies : 93%

Passes dans le dernier tiers : 10

Passes vers l’avant : 21.4%

Centres : 1

Ballons joués : 76

Ballons gagnés : 4

Ballons perdus : 9

Duels gagnés : 1

Fautes subies : 1

Fautes commises : 1

 

sans-titre

 

Sa réaction

« Ce soir, on ressent de la déception et de la frustration. Même si on n’a pas fait le match parfait, je pense qu’on méritait de repartir au moins avec le point du match nul qui semblait logique. Assez étonnamment, les Lorientais n’ont pas cherché à jouer, ils ont plutôt attendu. On s‘est fait piéger là-dedans car ils ont abandonné le jeu alors qu’ils sont d’habitude plutôt joueurs. On n’a pas su en profiter et on a perdu des ballons bêtes. Avec plus de confiance, on aurait pu faire autre chose. Après, on n’a pas été bons techniquement, on a perdu beaucoup de ballons, on leur a laissé pas mal de munitions. Puis il y a ce but… on ne peut pas se cacher derrière ça car on a fait beaucoup d’erreurs, mais pour moi il n’y avait pas lieu de siffler ce pénalty. C’est comme ça, on ne peut pas revenir en arrière. Il faut qu’on pense à ce qu’on a produit, et qu’on s’améliore évidemment. On n’est pas encore à dix journées de championnat pour dresser un vrai bilan, mais force est de constater que notre entame de saison n’est pas à la hauteur. Restons soudés, unis et sortons de cette phase. Le meilleur moyen de s’en sortir est de pouvoir compter les uns sur les autres. Ce ne sont que des mots, mais réfugions-nous dans le travail. Remettons-nous en question collectivement, individuellement et tirons surtout tous dans le même sens ».

 

 

 

Photos et Propos LOSC

Quand Mavuba dit tout sur Hazard…

Dans le quotidien belge « La dernière Heure » aujourd’hui, le capitaine du LOSC Rio Mavuba a été interrogé exclusivement sur Eden Hazard, le milieu de terrain des Diables Rouges. Et voici ce que cela donne…

 

Sur l’évolution d’Eden Hazard lors de cet Euro…

« J’ai regardé tous les matches de la Belgique. J’étais même à Lyon pour Italie – Belgique. Dans l’ensemble, Eden fait un très bon Euro, mais les gens sont très critiques envers lui. La défaite face à l’Italie n’a pas aidé. On a dit qu’il ralentissait le jeu, mais on oublie de dire que l’Italie défendait bien. Je trouve, justement, qu’il était l’un des seuls à oser ».

 

Le match face à la Hongrie

« Ce dernier match était top. Il est capable de reproduire ce niveau à l’avenir. Il est parfois trop altruiste et ne pense pas assez à lui mais face à la Hongrie, il a fait un très bon match. Il a su alterner le jeu collectif et le jeu individuel. Et quand il marque, on parle toujours plus de lui. J’ai presque envie de lui dire de plus s’affirmer. Il ne pense qu’au collectif. Il ne tire pas les coups francs; au début, il ne bottait pas les penalties. Il laisse tout aux autres. Même à Chelsea, il disait que d’autres étaient déjà là avant et qu’il les laissait faire. En fait, il laisse les choses venir naturellement. Il doit un peu plus penser à lui, à sa gueule ».

 

La comparaison avec Cristiano Ronaldo

« Ils sont moins dans la simplicité du geste. CR7 en terme de stats, il est au-dessus d’Eden, mais quand je vois un match, j’ai plus de plaisir à voir jouer Eden, c’est plus beau. Il va être capable d’éliminer, de prendre le ballon dans ses vingt mètres et aller marquer en faisant tout le terrain ».

 

L’importance de Rio lorsqu’Eden était à Lille

« J’essayais de le recadrer quand il était trop nonchalant. C’est arrivé deux ou trois fois. Je lui disais à l’échauffement qu’il n’était pas dedans. Il me disait t’inquiète et mettait deux buts. Tu veux que je fasse quoi ? (rires) ».

 

Eden dans le vestiaire

« C’était un gros chambreur qui aimait rire. Il n’arrêtait pas de raconter des conneries. C’était un bon équipier qui aimait faire des blagues mais qui se faisait bien chambrer en retour. Il en a mangé quelques belles. J’étais parfois dans le coup aussi. Il fallait, ça lui faisait du bien (rires) ».

 

L’amitié qui les lie

« Je suis pote avec lui que parce qu’il nous a fait gagner, c’est tout. (il éclate de rire) Le talent force le respect et comme il ne prenait personne de haut, il était très apprécié. On n’a pas perdu le contact depuis qu’il est parti à Londres. On ne se parle pas tous les jours pour autant, mais on discute souvent de tout, de rien, de nos familles. Et Dieu sait si la sienne est importante ».

 

La suite dans La Dernière Heure, version papier

Rio de passage dans Téléfoot

Rio était l’invité de Téléfoot ce dimanche et a évoqué plusieurs sujets en relation bien évidemment avec l’équipe de France. Mais commençons tout d’abord par l’avis du capitaine lillois sur deux anciens de ses coéquipiers : Dimitri Payet et Eden Hazard.

 

« Eden (Hazard), je le trouve plutôt pas mal. C’est le seul qui arrive à créer des différences et il recherche les une-deux même si ça ne revient pas tout le temps. On sait que quand il a le ballon, il peut toujours faire la différence. Je le trouve un peu esseulé quand même. […] J’étais très surpris par la notation de Dimitri Payet en Angleterre parce qu’à Lille et à Marseille, il lui a fallu une année pour se mettre en route. A West Ham, il s’est très vite adapté et du coup il a enchaîné avec l’Équipe de France à un niveau que l’on n’avait pas connu jusqu’à présent. Je pense qu’il peut tenir ce niveau de jeu grâce à son aisance technique. A l’entrainement comme en match, il était au-dessus du lot. Il manquait de régularité, ce qu’il a réussi à acquérir aujourd’hui […] L’équipe qui m’a le plus impressionné pour l’instant, c’est la Croatie ».

 

Mavuba telefoot

 

Puis poursuivons par l’équipe de France de manière plus globale avec le match de la Suisse de ce soir.

 

« Ce groupe, je le sens très bien. Je pense que la pression du premier tour doit passer pour qu’ils se lâchent et qu’ils se libèrent. On a le potentiel pour faire mieux au niveau du contenu dans nos matchs […] Je ne suis pas avec Paul Pogba au quotidien mais, comme le souligne son agent, c’est quelqu’un d’assez détendu. On a l’impression que le stress et la pression n’ont pas d’impact sur lui. C’est vrai qu’il est un peu moins performant depuis deux matchs mais c’est difficile de juger comme ça de loin. Je sais qu’il peut faire mieux et j’espère qu’il va le faire contre la Suisse. Sur le France-Suisse, je ne vois que deux changements à faire, c’est de protéger les joueurs qui peuvent être suspendus (N’Golo Kanté et Olivier Giroud devraient être remplacés par Yohan Cabaye et André-Pierre Gignac). Pour moi, Antoine Griezmann et Paul Pogba, ce sont des titulaires qui reviennent après leur sortie face à l’Albanie. Je ne suis même pas sûr qu’il y a une volonté de faire tourner. Les remplaçants savent qu’ils sont là pour soutenir les titulaires. Après, tout est une question d’équilibre, si Paul Pogba est bon à gauche tu devrais enlever Blaise Matuidi alors que tous les deux peuvent être complémentaires. Pour défendre sur les corners, il faut bosser sur les vidéos et plus particulièrement sur les déplacements de chaque joueur, notamment ceux qui reprennent plus de la tête. Généralement, les entraîneurs mettent leur meilleur joueur de la tête en homme libre au niveau du premier poteau pour que le gardien puisse intercepter. Parfois, on a des joueurs aux poteaux, ça dépend. Moi je marquais toujours le poteau, au moins j’étais tranquille (rires) ».

 

 

https://twitter.com/riomavuba/status/744498289345691648

 

Retrouvez l’intégralité de l’émission ICI

#EmergencyLessons

Parce que l’éducation est un droit fondamental pour tous les enfants et qu’ils sont encore 124 millions aujourd’hui dans le monde à ne pas pouvoir aller à l’école, l’UNICEF France a choisi de mettre un coup de projecteur sur cette problématique.

 

Trop d’enfants du monde quittent l’école ou reçoivent une éducation ponctuelle et irrégulière. Chacun de ces enfants a des rêves qu’ils ne pourront jamais accomplir, leur potentiel ne sera jamais réalisé. En s’assurant que chaque enfant ait accès à une éducation de qualité, nous posons les bases de la croissance, la transformation, l’innovation, l’opportunité et l’égalité. Que ce soit dans les temps de crise ou les périodes de paix, dans les villes ou dans des villages éloignés, nous nous attachons à la réalisation d’un but fondamental, non-négociable : l’éducation de qualité pour tous.

 

CjyFgecUgAAmQQG

 

#EmergencyLessons célèbre le rôle et l’importance de l’éducation pour tous : En cas d’urgence ou de catastrophes naturelles (séismes, inondations, conflits civils, crises sanitaires comme l’épidémie d’Ebola), l’éducation des enfants peut être perturbée et, souvent, abandonnée. Mais l’éducation et l’école est la seule chose qui donne aux enfants un sentiment de normalité. C’est la routine, les amis, le soutien, l’espoir pour l’avenir qui permet aux enfants de mieux faire face aux difficultés. Pendant et après les situations d’urgence, l’éducation est essentielle pour permettre aux enfants de non seulement survivre, mais aussi de prospérer.

 

#EmergencyLessons met en avant ce constat grâce à des leçons d’enfants vivant à travers des crise à travers le monde. Ils partagent avec nous ce qu’ils aiment à propos de l’école, et vous encourage à faire la même chose.

 

IRQA2015-00162

 

En dehors de cette campagne, voici quelques «actions clés » de l’UNICEF en faveur de l’éducation :

– Mener des campagnes de mobilisation et de plaidoyer.

– « Accompagner » les pays dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques en faveur de l’éducation

– Promouvoir les soins et le développement du jeune enfant pour que l’éducation prenne un « bon départ ».

– Renforcer les partenariats en faveur de l’éducation des filles. Aider les écoles à fournir du matériel, de l’eau salubre et des sanitaires

 

Plus d’informations sur http://www.fr.emergencylessons.eu

 

 

Avec le soutien de Tom Hiddleston 

 

 

 

[Vidéo] Merci du fond du cœur pour votre présence

Pour la cinquième édition d’Une Nuit à Makala, le public a une fois encore répondu en nombre pour la bonne cause. Voici une vidéo de l’évènement…

 

Le mot de Rio

 

« Merci vraiment du fond du cœur à toutes les personnes présentes, je n’ai pas de mots pour vous signifier toute ma sympathie et toute ma reconnaissance. Vous le savez, mon association, les Orphelin de Makala, me tient vraiment à cœur et encore une fois vous n’avez pas failli à la cause par votre participation. Mille mercis pour votre présence, aux artistes pour leur participation, les partenaires pour leur fidélité et leur engagement, ainsi que toutes les personnes ayant travaillé dans l’ombre pour que cet évènement soit un franc succès. Tout votre amour va directement aux enfants et vous pouvez en être fiers. A très bientôt. Rio ».

 

 

La vidéo